UA-11545158-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

blog confiance-partage - Page 4

  • Une dernière note sur la souffrance

    Imprimer

    Ce matin, j'ai eu très mal à la tête durant plusieurs heures et j'ai discuté avec un ami de cette question de la souffrance.

    J'ai développé dans les notes précédentes tous les arguments pour "justifier" nos souffrances, et bien sûr ces arguments sont valables et "justes", mais au final, devant la souffrance d'une personne je me rends bien compte qu'il n'y a pas de mots.

    Tous les arguments sont impuissants à atténuer une souffrance. La personne qui souffre, souffre. C'est un état de fait. Les mots sont impuissants dans ces moments. En fait, toute notre énergie est concentrée sur "comment supporter ou faire cesser cette souffrance". Elle nous parait alors forcément injuste tant qu'elle n'est pas remise entre les mains du Christ.

    Ce matin, réveillé à 3h30 par les forts maux de tête, ma seule préoccupation était "que faire pour arriver à atténuer cette douleur". Ce n'est que maintenant, la douleur passée, en analysant l'enseignement que m'a apporté ce moment de douleur, que j'arrive à comprendre qu'elle m'a été bénéfique.

    Je pense que toute douleur à un sens ; elle n'est pas "gratuite". Aujourd'hui, nous ne comprenons pas toujours, nous n'arrivons pas toujours à en trouver le sens, mais je peux vous assurer que Dieu ne nous laisse pas souffrir injustement et sans raison. Tôt ou tard, nous comprendrons forcément le pourquoi de nos souffrances, et nous serons alors heureux d'en être délivrés pour toujours.

    Voilà, je pense donc que je n'aborderai plus cette question. Je me tais et je prie en toute humilité à vos côtés pour que nous puissions supporter ces moments difficiles sans nous détourner de celui qui nous a appelé à la vie.

    Je vous embrasse fraternellement. André.

  • Autre conséquence de ce trop plein d'amour

    Imprimer

    Jésus est descendu aux enfers……

    Cela veut tout dire de l'extrême étendue du salut proposé. Longtemps j'ai été partagé sur la personne de judas. Peut-il être sauvé ou est-il condamné définitivement ?

    Ce que je peux en dire, c'est que ce choix ultime lui appartient, et à lui seul. Avoir vendu le Fils de Dieu, l'avoir livré à la torture et à la mort, cela lui a sans aucun doute provoqué une douleur incommensurable. C'est dans ce sens que j'entend le Christ dire : "Malheur à l'homme par qui le fils de l'homme va être livré. Mieux vaudrait pour cet homme n'être pas né." Paroles très dures et ressemblant pour beaucoup à une condamnation…

    Mais rappelons-nous que Jésus n'est pas venu pour juger. Le jugement n'est pas prononcé.

    Je pense alors que Jésus est descendu aux enfers pour tenter de sauver Judas et ses semblables. Ultime témoignage de l'amour, même pour ses ennemis.

    Pour moi, l'enfer existe. Notre propre choix nous appartient. Mais devant un tel amour, je pense que le choix est un "oui" à Dieu. Un "oui" qui nous brûle et nous consume. Un "oui" qui nous purifie de tout péché, quel qu'il soit…… l'enfer est vide…

    Ce serait bien là la plus grande victoire de notre Dieu. Que pas un de ses enfants ne se perde. J'en rêve et espère bien que mon rêve se réalise……

    De tout mon coeur, je prie pour le salut de tous. Amen. André.

  • Conséquences des souffrances du Christ

    Imprimer

    Portant nos péchés, Jésus en a obtenu le pardon. La justice n’a pas été lésée, mais l’amour a été plus fort que la mort. La dette a été effacée. Nos fautes pardonnées. Notre coeur purifié. Nos infirmités complètement guéries.

    Dieu a tant aimé sa création qu’il n’a pas accepté de nous laisser nous perdre sans tenter l’inimaginable. Il s’est offert lui-même pour notre salut. Dieu a envoyé son Fils. De Dieu qu’il était, il a choisi de s’abaisser à notre condition d’homme, et à s’abaisser plus encore jusqu’à être le dernier des serviteurs souffrant comme l’a si bien dit Saint Paul.

    D’amour plus grand, il n’y en a pas. Non seulement il nous ressuscite, mais il va jusqu’à nous offrir l’héritage promis, malgré notre déchéance. Dieu nous veut Un, comme le Père et le Fils sont Un. Dieu nous élève à sa Divinité.

    Pour ma part, je n’aurai jamais assez de toute l’éternité pour lui adresser toute ma gratitude.

    Dieu soit béni pour les siècles des siècles !

  • La souffrance du Christ

    Imprimer

    En ces jours de souffrance que je traverse actuellement, ma compréhension de celle du Christ s’affine en moi ; je viens ici partager mes réflexions avec vous…

    Des questions restent en suspend : pourquoi Jésus a-t-il souffert ? La volonté du Père était-elle de le voir souffrir ? Qu’apporte réellement les souffrances du Christ ? Ne pouvait-il nous sauver autrement ?………

    Mes points de départ sont : Jésus n’a pas demandé à souffrir, mais il a souffert volontairement ; sachant que son heure était venu, il ne s’est pas dérobé ; il a accompli la volonté de son Père.

    Je pense que la réponse est à chercher du côté de la pureté et de la justice de Dieu… et, de sa miséricorde et de son amour.

    Dieu est parfaitement Saint. Nulle ombre. Il est Lumière. De cela découle que le plus petit de nos péchés est totalement incompatible avec Lui. La moindre faute nous éloigne inéluctablement de Lui, nous conduit en enfer…

    Et qu’est-ce qui peut nous ramener à Lui ? Une confiance inébranlable en son pardon, en son amour, en sa miséricorde.

    Je pense que c’est ce qu’il s’est passé en Jésus-Christ. Jésus a pris tous les péchés que nous osons lui confier, il les a pris sur lui, et s’est présenté à son Père pour en obtenir le pardon. En lui s’est opéré l’acquittement de nos délits, comme dans un tribunal humain. Le Juge suprême, au nom de l’amour qu’il nous porte, n’a pas appliqué la sentence d’exclusion qu’il aurait pu justement appliquer, mais il nous a lavé, purifié de nos fautes pour nous accueillir au sein de sa pureté.

    Cela ne s’est pas fait sans douleurs. Prenant nos péchés, Jésus a dû se soumettre à leurs justes conséquences : la souffrance et la mort.

    Jésus a réellement subi dans son corps et dans son âme les tourments de la juste rétribution : jusqu’à vivre l’éloignement et l’abandon de Dieu.

    Seul Jésus était capable de supporter un tel déchirement : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as tu abandonné ? »

    Ce cri m’a longtemps tourmenté. Comment un père peut-il abandonner son fils ? Un ami catholique, très en relation avec une communauté juive, et versé dans les écritures juives, m’en a un jour soufflé la clef. À l’heure de ce cri correspond la prière juive du psaume 22. Jésus priait son Père avec les paroles du psaume qu’il récitait, ressentant totalement les affres de l’abandon de Dieu, sans pour autant douter de la présence bienveillante du Père. Dans de telles douleurs, seule la fidélité d’amour du Fils pour son Père pouvait incliner celui-ci au pardon. Seul Jésus était capable de supporter l’enfer en restant tourné avec amour vers son Père.

    Et l’amour du Père s’est manifesté par le pardon et la résurrection.

  • Souffrance et Salut (suite)

    Imprimer

    Le 26 juillet 2018 j'ai écrit sur la souffrance. Je voudrais maintenant prolonger cette réflexion étant en train de lire la lettre apostolique de Jean-Paul II : "le sens chrétien de la souffrance".

    Depuis maintenant des années, je suis toujours en interrogation : pourquoi son Fils a-t-il dû souffrir ? pourquoi la souffrance du juste ? pourquoi la souffrance d'un enfant ?…

    …… Hier soir, avant de me coucher, en relisant Jean 3, 1-21 , une idée intéressante m'est venue. Je vous la soumets…

    Je l'ai déjà écrit dans une note, pour moi il y a deux morts. La mort naturelle, physique à laquelle toute créature est exposée tôt ou tard. Elle fait partie du cycle de la vie pour que celle-ci puisse évoluer. Cette mort existe depuis les origines du monde, créée pour assurer l'évolution vers la complexité nécessaire à l'apparition des espèces et de l'homme.

    Et il y a la mort spirituelle selon laquelle l'homme se trouve séparé de Dieu. C'est dans ce sens que je lis le passage biblique : "Dieu n'a pas fait la mort". Cette mort effectivement ne fait pas partie de la création ; elle n'est pas créée. Nous avons été créés pour nous unir à l'Esprit, à la Vie. La désunion a pour conséquence la mort sans que celle-ci ait eu besoin de création. Cette mort est une non-vie ; elle n'a pas de substance en elle-même. C'est une mort qui fait état d'un manque, d'une absence de toute relation.

    Lorsque cette dernière mort intervient, c'est sans retour, pour l'éternité. Notre existence, dans ces circonstances ne serait que solitude et non-vie. Je ne peux réaliser la souffrance ainsi engendrée. Parler de l'enfer, quelque imagination douloureuse que nous puissions nous former, est de toutes façons bien en-dessous de la réalité de cette mort. Et vaincre cette mort est bien au-dessus de nos seules forces humaines.

    Pour en revenir à la souffrance, pour moi, il y a aussi deux sortes de souffrances. Une souffrance qui est intrinsèque au processus de création, en lien avec la mort naturelle et physique. Elle est bonne car elle nous permet d'éviter le danger, elle permet de nous corriger de nos erreurs. Et pour les hommes, elle nous pousse et nous apprend justement à garder le contact, à garder le lien avec les personnes aimées.

    Et inversement, se trouve la souffrance spirituelle dû à la rupture du lien, de la relation. Là aussi, comme pour la mort, cette souffrance n'est pas de l'ordre du créé, même si elle est ressentie bien réellement, dans notre corps et dans nos tripes.

    Ainsi, de même que je n'imagine pas une séparation nette entre l'une et l'autre mort, il n'y a pas non plus de séparation nette entre l'une et l'autre souffrance. Quand nous mourrons, quand nous souffrons, c'est tout notre être qui meurt et qui souffre. Il est très difficile de faire la part de l'une et de l'autre. Si les deux morts et les deux souffrances se distinguent par leur finalité, dans le quotidien leurs effets sont très difficilement dissociables. D'où nos confusions…

    Je me souviens d'une fois où en travaillant je m'étais tordu la cheville. J'ai interpellé Dieu en lui disant : "Pourquoi moi ?" Rageant contre "la faute à pas de chance !" alors que dans ce cas précis, je n'étais tout simplement pas présent à moi-même et insuffisamment attentif où je mettais les pieds. Dieu ne nous épargnera pas les souffrances quotidiennes tant que nous ne serons pas revenus dans le chemin de la présence à soi et à l'autre…… et le jour où nous sommes à nouveau vraiment présent à lui et à chacun, nous ne demandons même plus d'éviter la souffrance mais de prendre notre part du fardeau pour soulager et accompagner nos frères d'infortune.

    C'est la foi qui me fait dire cela. Et je sais que nous ne subissons actuellement pas de mort ou de souffrance définitive. Tant que le jugement n'est pas prononcé, nous pouvons toujours espérer l'acquittement. Le Fils de Dieu n'est pas venu pour juger, mais pour nous sauver.

    En amitié avec vous mes frères. André.