UA-11545158-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2019

Annoncer la Bonne Nouvelle

Bonjour à toutes et tous,

Je voudrais aujourd’hui m’entretenir avec vous d’un sujet faisant suite à mes voeux pour 2019 : peut-on changer ?…

Dernièrement, un médecin me disait : « Il est très difficile de changer. Même si on le souhaite de bon coeur et de toute sa volonté, il est très difficile de modifier ne serait-ce qu’un peu ses convictions et son comportement. Alors, de là à vouloir changer l’autre ou d’attendre que l’autre change à son idée, c’est tout bonnement impossible… »

Et je m’interroge……

De toutes façon, avant de vouloir changer, il est indispensable de s’accepter tel que l’on est. Il faut arrêter de se vouloir parfait. Le saint n’est pas celui qui ne fait aucun écart de comportement, mais celui qui se connait tel qu’il est et s’aime ainsi, et tend simplement à s’améliorer chaque jour un peu plus.

Parfois, je repense à mon engagement dans la catéchèse. Ou dans les groupes de partage. Est-ce un désir de ma part de changer la pensée des autres ? Ou de les rallier à ma pensée ? Je dirais que, en partie, au moins inconsciemment ; « oui ». Mais pas seulement. Hier soir, je pensais à cela et il m’est revenu les paroles de Jésus : « Allez annoncer la Bonne Nouvelle !! »

C’est une mission que nous avons……

Alors, oui, je peux et les gens peuvent changer, mais seulement grâce à Dieu. Rien ne lui est impossible, nous a-t-il annoncé. Lorsque j’étais en Chartreuse, j’ai passé quatre années sans presque jamais pécher. C’était une grâce ! Et cela ne m’a rien coûté ! Ce fut facile !… Après, cela ne fut plus le cas. Mais je pense que je suis tout aussi agréable à Dieu, faisant l’effort de me corriger et de rester sous son regard bienveillant. C’est l’amour que nous aurons prodigués qui servira de mesure pour sa miséricorde.

Après tous les « échecs » à annoncer la Bonne Nouvelle — je mets « échecs » entre parenthèses, car ceux-ci m’ont beaucoup appris — je constate de gros progrès dans ma connaissance du mystère de Dieu au travers de ces différentes confrontations. Quand l’homme sera-t-il prêt à regarder en face cette merveilleuse Bonne Nouvelle, le but ultime de toute la Création ?… La pensée même de Dieu pour le Salut de l’Homme ?…∞…

Cette annonce finale appartient à Dieu. Elle ne peut être annoncée sans son concours, sans la présence et la participation active de l’Esprit Saint.

Dieu, viens nous habiter. Viens nous ouvrir à toi. Que notre annonce trouve son écho au coeur de nos frères. Viens……

Amicalement. André.

31/12/2018

Bilan confiance partage de 2006 à 2018

2006-2018 — BILAN Confiance-Partage à partir du vécu 

L’objectif de « Confiance Partage», est de mutualiser nos vécus et connaissances, les mettre en commun, pour répondre à : « Pourquoi la Création ? Quel est le sens de l’existence ? ».

Et nous avons constitué un groupe de partage où les personnes se parlent face à face de leurs expériences de la vie.

J’ai fonctionné durant plusieurs années ainsi et cela fut une aventure très riche. La confrontation de nos expériences et pensées m’ont beaucoup apporté. Je garde un très bon souvenir de toutes les personnes rencontrées, sincères et touchantes par leur qualité de recherche de vie. Je ne peux que soutenir de telles rencontres.

Néanmoins, néanmoins,...... Cela ne peut se faire que «au risque de nos convictions». Nos connaissances comportent des erreurs...... Je me suis rendu compte que, si le dialogue nous permet de grandir, cela ne modifie pas fondamentalement notre propre perception de la réalité. Il nous est très difficile — voire presque impossible ?! — de changer notre regard sur le monde, notre conception du réel qui nous a construit.

Normal !!... Notre conception touche à notre propre existence. Remettre en cause notre conception, c’est remettre en cause notre être même.........!

Par exemple, en sortant de Chartreuse, quelqu’un m’a affirmé que Jésus n’était pas Dieu ; c’est sa foi. Cela a été un choc pour moi. Au fond de moi, sans le savoir, je supputais le contraire, mais il m’a fallu du temps et une longue recherche pour conclure que, pour moi, je ne peux concevoir la réalité autrement ; Jésus a dit : « Je Suis »...... et cette affirmation fait partie de l’essence même de ma vie et de mes actes ?

Pour cette recherche, j’ai passé plusieurs semaines à discuter avec ces personnes qui étaient de l’avis contraire, sans que, ni l’un, ni l’autre, nous puissions changer notre conception. Je comprends qu’ils puissent penser ainsi, ils sont cohérents avec eux-mêmes, mais je ne puis adopter leur point de vue... et eux pareillement !

Et cela s’est confirmé pour d’autres sujets dans le groupe de partage dont j’ai fait partie ; il en a été de même. Alors, que faire ?......

Je pense aujourd’hui qu’il y a souci de communication entre les hommes ; nous n’écoutons qu’en « surface ». Nous parlons de nous, mais nous n’écoutons pas vraiment, et nous prenons ce qui nous conforte dans nos idées.

Alors je m’en remets à CELUI qui, seul, peut retourner notre coeur. «Faisons- LUI confiance !»....... et suivons notre conscience ; là est notre liberté.

Je suis confiant que le salut est proche. Chantons la vie à l’unisson. Mes prières amicales vous accompagnent pour les très bonnes années à venir. André KRIEGER.

Pour m’adresser un message,

cliquez sur le lien suivant : confiance.partage@gmail.com

08/12/2018

Dieu nous confie sa toute-puissance

Un passage d’un discours de Nelson Mandela me vient en tête : « Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur. Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite. C’est notre propre lumière et non notre obscurité qui nous effraie le plus… »

Sans Dieu, nous ne sommes que des hommes, limités, capables de peu de choses, et bien souvent capables de faire des bêtises.

En s’appuyant sur Dieu, c’est sa Toute-puissance qui est à notre service. « nous sommes puissants au-delà de toute limite !! »

Je suis pleinement en accord avec ce cher Mandela, lui qui repose maintenant auprès de la Toute-puissance. Il a su se mettre à l’écoute de Celui qui est Vérité, de Celui dont les conseils sont pour le salut de tous.

Bien sûr, la Toute-puissance ne nous habite que si nous sommes nous aussi dans la Vérité. Elle ne peut nous soutenir dans nos égarements. Je m’en rends bien souvent compte lorsque je m’appuie seulement sur mon savoir ou mes expériences, oubliant de prendre appui sur la Sagesse, source de la Véritable Connaissance. Et le résultat de mes actions vient témoigner de ma communion à l’Essence ou de mon individualisme, de ma présence à l’acte juste ou de mon inattention à l’instant présent.

On en revient toujours à notre vie intérieure : est-elle connectée au Tout, ou bien se débat-elle toute seule ?…

Je suis toujours tellement rempli de bonheur lorsque je suis en prière (attentif à l’Esprit qui nous habite) que mon souhait est de lui rester continuellement unis.

Soyons dignes de la Toute-puissance disponible à notre intention pour nous aimer les uns les autres comme il nous aime.

Amicalement. André.

30/11/2018

Régénéré aujourd'hui

Je voudrais vous parler de régénération. Mon épouse m’a parlé d’un site intéressant : www.regenere.org

Je partage tout à fait le point de vue de Thierry selon lequel nous ne sommes pas programmés pour être malades. Ce sont nos dérèglements qui sont sources de tous nos maux, et eux seuls. Quand je dis « nos » dérèglements, j’entend les nôtres en propres, mais aussi tous ceux de l’humanité à laquelle nous sommes reliés ; tout et tous agissent sur nous.

Je m’intéresse d’autant plus à cette régénération que je suis allé au cinéma voir le film documentaire « Demain ». Dès aujourd’hui, des solutions existent pour une vie plus saine. Dès aujourd’hui, nous pouvons changer notre mode de vie, quitter toutes les distractions et les non-sens qui minent notre santé et l’avenir de la planète.

Ces deux sources me disent qu’aujourd’hui, par mon engagement personnel, je construit notre demain.

En théorie, cela semble simple. Dans les faits, il est très difficile de changer ses habitudes. Je me rends compte quotidiennement du nombre d’actions réalisées simplement par habitude, sans vraiment en prendre conscience, et à tous niveaux (alimentaires, rythme de sommeil, attitudes de travail ou relationnelles,…). Quand je faisait de l’assise corporelle, nous tâchions déjà de faire tous nos actes en pleine conscience, en commençant par de petits moments et de petits actes. Aujourd’hui, je m’efforce encore de développer cette attention, mais si je n’y prends garde, je retombe immanquablement dans les habitudes inconscientes. Et que dire si cette attention devait imprégner tous les moments de la journée ! La tâche est ardue !

Pourquoi cette inertie ? Pourquoi ne prenons nous pas tout de suite les bonnes habitudes ? C’est comme si les mauvaises s’imposaient à nous. Il faut dire que nous ne sommes pas aidés par la société de consommation. L’immense majorité des informations nous pousse dans le sens de la consommation, justement. Le but n’est pas le bien-être, mais le profit.

Je considère aujourd’hui que ma vie est plus derrière que devant ; j’en ai fait plus de la moitié. Conséquence ? Je peux arrêter de me tracasser pour demain. Je ne sais même pas si je serai encore en vie. C’est aujourd’hui que je vis. Quelle décision dois-je prendre aujourd’hui pour aller bien maintenant ? Question simple pour une réponse bien souvent tout aussi simple, mais qui est si difficile à tenir lorsqu’elle va à l’encontre d’une habitude ou d’un à priori…… pastedGraphic.png

Allons vers la guérison de notre vie. Amicalement. André.

26/11/2018

Être Dieu ou le devenir (suite)

Je pensais que nous ne pouvions être Dieu et ne pas le savoir. Et aujourd’hui je doute : peut-être que si ! Jésus, en tant qu'homme, ne connaissait pas d'emblée sa nature Divine.

Cela m’a fait méditer ces derniers jours sur la vie intérieure de l’homme Jésus. Deux phrases me tiennent en haleine : « Rien n’est impossible à Dieu » et « Il s’est abaissé lui-même à notre condition d’homme ».

Ainsi je pense aujourd’hui que Jésus, tout Dieu qu’il est, n’a pas eu, de naissance, la claire conscience de sa Divinité Filiale au Père. Comme nous, il a cheminé à travers ses expériences humaines. Comme nous, il a scruté la nature, le monde et sa vie intérieure à la recherche de sens. Et comme tout Juif de son époque, il a scruté l’ancien testament pour retrouver ses origines et l’histoire de laquelle il est issu.

Je pense que c’est progressivement, entouré de ses parents et par la méditation et la prière, qu’il s’est approché du mystère dont il est habité : Sa filiation Divine avec le Père. Lui qui est à l’origine de toute la création a peu à peu réalisé que c’est lui-même, le seul et unique Dieu Fils de Dieu, qui est venu dans le monde, envoyé par son Père, pour annoncer une bonne nouvelle.

Toutes les écritures l’annonçait et toute sa vie durant il a grandi en grâce et en connaissance de cette filiation, jusqu’à pouvoir appeler Dieu son propre Père, jusqu’à prendre conscience qu’il était le Fils unique du Père, venu en ce monde pour appeler tous les hommes au salut. Son intériorité d’homme s’est ouverte à son Essence Divine.

Et nous ?! 

Nous avons en effet notre origine en Dieu. Et si je m’interroge, je peux dire que, par ma foi en Jésus, Fils de Dieu, je suis Enfant de Dieu. Si je ne brise pas ce lien de foi, je suis Enfant de Dieu dès maintenant et pour l’éternité. Jésus est venu pour vivre en nous et nous faire participer à sa filiation Divine. C’est très clairement exprimé dans sa prière avant sa passion (Évangile de Jean, chapitre 17).

Aujourd’hui, je peux prier : « Dieu ; garde-moi de ne jamais me séparer de Toi ! Ce lien d’amour que je ressens en moi, qu’il reste présent jusque dans l’éternité ! Et que tous les hommes puissent te prier ainsi. »

Vivons de cet amour dès à présent et je vous embrasse. André.