UA-11545158-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

blog confiance-partage - Page 2

  • Pourquoi sommes-nous là

    Imprimer

    J’ai beaucoup apprécié cette video ci-après qui énonce des vérités très profondes et intéressantes, mais j’ai besoin d’y apporter un commentaire sur une réelle difficulté.

     point de vue chamanes

    Je relève deux choses qui se rejoignent ; c'est au sujet du pourquoi nous sommes incarnés et de la manière de ce pourquoi.

    Si j'ai bien compris, selon Christian et Johanne, nous choisissons notre incarnation à partir de notre corps de lumière; nous fixons notre objectif à atteindre ; et nous revenons plusieurs fois dans un corps physique si nécessaire.

    Mais cela supposerait que notre existence lumineuse ait toujours eu une existence propre. Cela nous apparenterait tout à fait à Dieu. Or, si je m'interroge, je ne peux prétendre être Dieu. J'entre en contradiction avec l'idée que j'ai d'un Dieu unique. Et je serais curieux de connaitre leur position sur la personne de Jésus.

    Je les rejoins donc un peu sur le fait que nous ayons un objectif à atteindre, sur le fait que nous sommes uniques, sur le fait que notre chemin n'est pas tout tracé et tout aussi unique, sur le fait que nous ayons à nous épanouir dans l'amour et le partage avec nos frères, etc, mais ! mais je ne les rejoins pas sur le point de l'incarnation. Sans Dieu, sans volonté de sa part, nous n'avons pas d'existence.

    Dieu nous crée, certes pour une vie éternelle. Une vie de bonheur qui peut commencer dès maintenant. Mais il nous crée. Nous ne sommes pas préexistants. Et je veux bien concevoir que notre objectif de vie soit concerté avec lui, mais là aussi, je ne pense pas que nous ayons plusieurs incarnations pour y parvenir. Je pense plutôt que d'autres, par la suite, peuvent prendre le relais pour achever ce que nous entamons.

    J'aime l'exemple d'Élie que les écritures disent qu'il doit revenir. Et Jésus qui, parlant de Jean-Baptiste, dit qu'il est venu mais n'a pas été reconnu. Jean-Baptiste, animé de l'esprit d'Élie, a parachevé l'oeuvre de celui-ci. C'est ainsi que je l'entends.

    Je vous laisse à votre méditation et vous embrasse affectueusement. André.

  • Merci Maria

    Imprimer

    La volonté de Dieu est subordonnée à notre décision !!

    C’est mon épouse en fin de vie qui vient de me faire penser à ce précepte. Voilà maintenant plusieurs fois où je lui dis : « Tu pars quand tu veux ; c’est toi qui décides ! Avec Dieu car sa Volonté est première ! »

    Et de me poser la question : « qu’est-ce qui est premier ? La volonté de Dieu ou la volonté de Maria ? »

    Et, pour moi, notre volonté est première !!

    Dieu subordonne Sa Volonté à la nôtre !! Quel Amour !!

    Je m’explique. La volonté de Dieu est parfaitement bonne. Faire sa volonté, c’est accomplir un acte parfaitement bon ; autant pour nous que pour toute l’humanité. Malheureusement, nous ne sommes pas encore parfaits et faisons bien souvent notre volonté propre…… et Dieu compose avec nous !

    Il accepte que nos actes ne soient pas conformes à des actes d’amour pur. Il accepte que nous fassions les mauvais choix, ou même les bons pour de mauvaises raisons. Et il compose avec cela pour nous amener à lui en toute liberté.

    Quelle libéralité et quel amour !!

    La toute puissance de Dieu est bien là qui nous amène à l’Amour avec un grand « A » sans porter atteinte à notre Liberté avec un grand « L ».

    Puissions-nous aimer comme il nous aime !

    Amicalement. André.

  • De la liberté à la naissance

    Imprimer

    Notre naissance, cela procède-t-il d’un choix de notre part ou cela nous est-il imposé ?

    Cela me fait penser à la chanson « Né quelque part » de Maxime Le Forestier. Je me suis déjà posé la question, mais n’ai pas encore trouvé de réponse totalement satisfaisante. Parfois je penche d’un côté, puis ensuite de l’autre.

    Je répondrais alors par une autre question : « Est-ce que, fondamentalement, cela fait une grosse différence si j’ai choisi ma naissance sans possibilité de s’en souvenir ou si je n’ai pas choisi et que cela m’ait été offert ?…

    Pour moi, je dirais : « non ». Si on l’a choisi, nous n’avons pas à nous en plaindre ; et si nous ne l’avons pas choisi, quelle preuve avons nous que ce choix ne soit pas le meilleur pour nous.

    Dans un cas comme dans l’autre, ce qui est sûr, c’est que nous avons à construire à partir de notre vécu. Nous avons à vivre dans le concret. Partir du réel, quel qu’il soit, et avancer…

    Est-ce que les gens naissent égaux en droit ?…

    Je pense que, s’agissant des droits fondamentaux, je répondrais : « oui ».

    Cela ne veut pas dire que nous naissions dans les mêmes conditions de droits. Ces derniers ne sont pas toujours respectés. Et même rarement entièrement respectés, voire jamais.

    Un proverbe dit : « le respect, ça se mérite ». Comme beaucoup de proverbe, je ne suis pas toujours tout à fait d’accord avec. Dans le cas présent, je suis partagé car le respect est fondamentalement un droit. Mais je comprend aussi que notre comportement peut favoriser ou entacher la propension de respect des autres à notre égard. En fait, si l’on se respecte soi-même, c’est déjà un grand pas pour obtenir le respect d’autrui.

    Pour en venir à la liberté, je pense que nous sommes à la fois pas libres et libres.

    Pas libres, parce que nous avons hérités d’une propension à la faute ; dès la naissance.

    Et oui, libres, vraiment libres parce que nous avons notre libre arbitre à mettre en oeuvre ; la vie est une succession de choix, d’autant plus libres que nous avons acquis une maîtrise de nos sentiments et pulsions.

    Amicalement. André.

  • Du choix de la liberté

    Imprimer

    Un ami m’a demandé un exemple de « c’est MOI qui décide »

    Ou dit autrement : « Ai-je déjà posé un acte libre ? »

    À l’annonce de la maladie de Maria et de ses implications, j’avais le choix de la laisser partir en maison de repos ou de la faire revenir à domicile. J’ai choisi le retour à domicile.

    Oui, tout au long de ma vie j’ai posé (pas toujours) des actes libres et je vais répondre par un paradoxe :

    « Plus je fais la volonté de notre Bon Papa, plus je suis libre. »

    Je m’en explique.

    En Dieu, il n’y a que Bonté et Amour. Il m’a donné la vie par pure bonté et amour. C’est un don gratuit et sans conditions. Un don qu’il ne reprendra pas. Notre avènement à la vie est pour toujours…… quels que soient nos choix.

    Si Dieu est Amour, il est aussi Omniscient et Tout-Puissant. Omniscient, c’est à dire que rien ne lui échappe. Il sait tout, connait tout, voit tout. De plus, il sait exactement ce qu’il y a a faire à tout instant et dans toute situation pour poser un acte d’amour pur. Enfin, sa toute-puissance est toujours au service de l’acte pur ; l’acte pur n’est jamais impossible à accomplir.

    Pour en revenir à moi, il est bien sûr toujours possible de trouver un tas de raisons à mon choix du retour à domicile de Maria. Je ne nie pas le fait que cela peut aussi m’apporter des satisfactions et que ce choix peut être entaché d’une volonté propre et de raisons secondaires inavouées. Néanmoins, il y a tout de même choix. Pourquoi une solution plutôt que l’autre ? Si je n’avais pensé qu’à moi, j’aurais fait le choix de la maison de repos. Cela aurait été beaucoup plus facile à gérer. Mais Maria, je l’aime, et de ce point de vue, la décision était sans ambiguïté le retour à domicile, quoi qu’il m’en coûte. Rien ni personne n’aurait pu me faire changer d’avis.

    Sur le moment, il est difficile parfois de prendre la bonne décision ; mais le temps est un bon révélateur. Aujourd’hui, je sais que j’ai fait le bon choix.

    Pour en finir, si je regarde mon passé, je ne peux que constater que mes choix ont été mes choix. Et ma vie s’est déroulée selon ces choix, bons ou mauvais, mais toujours avec une petite voix ténue tout au fond de moi m’appelant à faire les bons choix. Le bon choix, nous n’y sommes jamais obligés, alors que les mauvais relèvent toujours de pulsions que nous ne contrôlons pas.

    En faisant un mauvais choix je m’enferme dans mes traumatismes ; en faisant un bon choix je suis libre et reste libre.

  • Perception de l'infini

    Imprimer

    Aujourd’hui, j’ai visionné la video du jour sur phytospiritualité :

    http://spinescent.blogspot.com/2020/05/un-voyage-sur-place.html

    C’est intéressant de nous situer entre très grand et très petit !

    Juste avant de voir la vidéo, j’étais justement à méditer sur l’infini de Dieu et de l’Homme. Je me rends compte que l’infini revêt de jour en jour un peu plus de signification pour moi. Je me rends compte que « infini » prend du sens. Cela me parle.

    L’infini est plus grand que ce que nous montre la video. La video fait un zoom sur le très grand et le très petit, mais comme on le voit très bien dans cette video, il y a un moment où le zoom s’arrête. L’infini c’est plus que cela. Il n’a pas de limite.

    Si je ferme les yeux et me laisse habiter par l’infini, c’est un océan sans limites (autant matérielles que spirituelles), et de toutes parts (pas seulement dans deux directions) dans lequel je suis comme en lévitation. Toutes forces paisibles me bercent dans cet océan de bonheur.

    Je ne peux que vous souhaiter ce bonheur……

    Amicalement. André.