UA-11545158-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/07/2018

Salut, reine de tendresse

Je me surpris l’autre jour à dire que je suis le plus heureux des hommes. Oui, ma vie est un bonheur. Bien que tout ne soit pas évident et joyeux tous les jours, globalement, je suis heureux de vivre ma vie telle qu’elle prend forme tous les jours. Les joies et les épreuves forment finalement un tout cohérent. Et si aujourd’hui je pense que Dieu vit en mon coeur, c’est bien grâce à ce parcours chaotique, mais ô combien salutaire à mon âme.

Tous les jours, je finis ma prière de l’office de Marie par le « Salut Reine de Miséricorde… ». C’est un texte assez connu du répertoire de l’église catholique.

Pour ceux qui ne connaissent pas, voici le texte :

""

Salut, Reine de Miséricorde, Douceur de notre vie, notre espérance, salut.

Enfants d’Ève exilés, nous crions vers toi,

Vers toi, nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.

Ô toi, notre avocate, tourne vers nous tes regards miséricordieux,

Et après cet exil, montre-nous, dans ta bienveillance, Jésus, le Fruit Béni de tes entrailles.

Ô Clémente, ô Miséricordieuse, ô Douce Marie.

""

J’aime bien cette prière à Marie, mais je la trouve un peu triste. C’est vrai que tout n’est pas rose en ce monde, mais de là à le réduire à une vallée de larmes ! Tout dépend du regard que l’on porte sur ce qui nous entoure. Si nous avons un regard pessimiste, alors, c’est bien une vallée de larmes autour de nous. Mais si nous sommes optimistes, il y a tout de même de belle chose à goûter par nos sens. Et si en plus, nous avons la foi qui nous dit que tout n’est pas vain, mais habité par l’Esprit, alors cela devient carrément merveilleux.

Je vous laisse deviner dans quelle position je me situe ?!…

Partant de là, je me suis pris à revoir le texte en m’adressant à ma chère maman — Émilienne, elle s’appelait — pour lui dire mon attachement et comment je la perçoit aujourd’hui avec du recul.

""

Salut, Maman, Reine de Tendresse, Douceur de ma vie, mon espérance, salut.

Fruit de ton amour exilé, je me confie à ton intercession,

Avec toi, je rends grâce et j’exulte de joie dans cette vallée d’espérance.

Ô toi, Douce Maman de mon coeur, tourne vers nous tes regards bienveillants,

Et après notre exil, introduis-nous auprès de Jésus, l’Ami Béni de nos entrailles.

Ô Clémente, ô Compatissante, ô Douce Maman.

""

Je vous embrasse. André.

Écrire un commentaire