UA-11545158-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2018

Souffrance et salut

Bonjour à toutes et tous,

Je reviens ce mois sur un sujet déjà abordé : Comment croire en un Dieu bon et tout puissant devant la souffrance ou la mort d’un enfant innocent ? Bien des personnes ne croient plus en Dieu lorsqu’ils considèrent la souffrance d’un enfant.

Est-ce que bon et tout puissant seraient incompatibles ? Comment concilier ces deux termes ? S’il est bon comment peut-il laisser souffrir des innocents ? Et s’il est tout puissant, même question, comment peut-il laisser souffrir des innocents ? Et, dans le prolongement, comment a-t-il pu laisser souffrir et mourir son propre Fils ? Certains résolvent ce problème en disant :

soit Dieu n’est pas mieux que l’homme ; il a un côté cruel, —— soit il n’existe pas ; nous avons à nous dépatouiller tout seuls dans notre misère et faire de notre mieux.

Comme je l’ai dit, pour moi, Dieu existe. Cela ne fait aucun doute. De plus, je sais qu’il est bon. Il m’a totalement pardonné. Il aime sa création et chacune de ses créatures personnellement. Enfin, il est tout puissant. Ayant tout créé, rien ne lui est impossible, jusqu’à s’incarner lui-même dans une humanité, Jésus.

Alors……

Pour moi, la seule alternative est dans le but recherché, le sens même de la création, et notre propre attitude devant le choix qui nous est proposé.

Tout d’abord le but : je l’ai déjà évoqué « ne faire qu’un avec Dieu » « Lui être uni parfaitement » « vivre de la vie même de Dieu » « prendre part à ce banquet perpétuel de bonheur » « et avec nous, la création toute entière y participe » « nous sommes cohéritiers de l’essence divine ».

En deuxième lieu, le choix : 

soit adhérer totalement à ce plan divin, librement. —— soit s’en détourner, ne pas lui faire confiance.

Je vous laisse trouver le choix qu’a fait l’homme… Et la souffrance vient de là, et de là uniquement. Dieu n’a pas voulu que nous nous détournions de lui. Mais dans son immense amour, il a accepté notre choix.

Arrêtons d’imputer à Dieu nos souffrances et la souffrance de nos enfants. C’est nous les responsables, et personne d’autre. Prenons nos responsabilités et mettons-nous à la tâche de réparer nos dégâts. Tâche insurmontable pour l’homme.

Tournons-nous alors vers lui qui seul peut nous aider à réparer totalement les dégâts. Dans son amour, il a choisi de réparer avec nous. Nous sommes responsables des dégâts, mais nous sommes aussi appelés à être responsables de notre salut et du salut de toute la création. C’est nous qui construisons la nouvelle Jérusalem, temple de l’amour et du bonheur éternel où la mort n’existe plus. Magnifique !!

Prenons courage et avançons sur ce chemin qu’il nous a préparé de toute éternité. Amicalement. André.

Écrire un commentaire