UA-11545158-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2017

La crainte

La crainte, ce mot utilisé à de multiples passages de la Bible. Je n’ai pas réussi à trouver beaucoup de positif à ce mot dans le dictionnaire, et d’ailleurs, il est tout simplement défini comme un synonyme de peur. Seules les religions en modifient le sens pour introduire une vision positive liée à la connaissance et à l’amour de Dieu.

Si Dieu est à l'origine de tout l’univers, et c’est ce que je pense, alors Dieu est doté d’une énergie infinie. Tout peut être réduit à néant devant lui. Terreur devant Lui ! Effectivement, dans cette situation, je peux m’imaginer que la crainte revête une peur. Mais quand je sais que ce Dieu est total pardon et amour, cette crainte prend une couleur de paisible confiance en Celui qui peut tout pour nous.

C’est dans cet état d’esprit qu’il m’est arrivé vendredi dernier un événement peu banal. J’étais sur un chantier pour travailler lorsque, après le repas de midi j’ai commencé à ressentir de fortes douleurs au ventre avec des vomissements. Je ne m’en suis pas inquiété de suite (je suis toujours très optimiste ! cela devrait passer !) et ce n’est qu’au bout de trois heures où nous avons dû appeler le SAMU pour me faire hospitaliser. Autant dire tout de suite qu’il ne s’agissait que de petits calculs dans les reins provoquant une colique néphrétique. Rien de bien grave.

Mais je vous en parle parce que, à un moment donné, au paroxysme de la douleur, avant que les secours ne viennent, la douleur m’a empêché de respirer. Je suis resté en apnée durant plusieurs minutes, au bord de l’inconscience. À un moment la douleur était encore là mais ne faisait plus mal. Je devais être un peu comateux. Je me suis sérieusement demandé si j’allais reprendre mon souffle ou si j’allais m’éteindre tout simplement. J’étais en paix. Connaissant mon Dieu, j’étais sans aucune inquiétude ou appréhension, attendant simplement la suite. Puis le souffle est revenu tout progressivement………

Durant mon attente aux urgences, j’ai repensé à cet événement et je pense que la mort corporelle peut être bien douce. C’est d’ailleurs confirmé par le témoignage nombreuses personnes décédées et revenues à la vie. De nombreux livres en parlent.

Tout ça pour dire que la mort corporelle n’est pas la mort dont parle Dieu à Adam. «L’Eternel Dieu donna cet ordre à l’homme : Tu pourras manger de tous les arbres du jardin, mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras.» (Genèse 2 : 16-17)

 

«Dieu n’a pas fait la mort» (Sagesse 1 : 13) nous dit la Bible.

 

D’ailleurs, Dieu précise : «…du jour où…» disant par là que la mort est subite, et non pas différée de quelques années.

Ainsi, lorsque survient l’instant fatidique la Bible dit : «Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus…… J’ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché.» (Genèse 3 : 7-10). L’homme est mort dès cet instant. Mort spirituellement. L’esprit de l’homme s’est séparé de l’Esprit de Dieu. Dieu n’a pas voulu cette mort et c’est pourquoi il avait prévenu l’homme. De plus, il n’a pas créé cette mort. Celle-ci n’est que séparation d’avec la Vie que Dieu est.

C’est cette mort spirituelle que nous avons à vaincre.

La mort physique n’est qu’un passage vers l’au-delà. Une séparation d’avec notre corps et notre monde connu, certes plus ou moins douloureuse selon notre état d’esprit. La mort physique n’est pas souhaitable, mais infiniment moins douloureuse que la mort spirituelle qui est séparation d’avec la Vie. Ainsi, nous souffrons, non pas de devoir mourir un jour, mais d’être morts, séparé de l’Amour de Dieu.

Je pense que nous avons tous une tâche à accomplir sur terre ; chacun la sienne. Mais la tâche de l’humanité, c’est de vaincre la mort. Grâce à Jésus et marchant à sa suite nous avons à devenir Dieu.

«Que la lumière soit !»

L’esprit de l’homme est suffisamment grand pour percer le mystère de Dieu ; comprendre le dessein tracé de toute éternité ; et se prendre en main pour renverser le désordre créé par le démon qui nous a induit en erreur.

Prions mes frères pour que toute l’humanité progresse dans la connaissance de notre Dieu d’amour qui nous a appelé à la vie pour notre bonheur éternel.

Amicalement. André.

 

Commentaires

Bonjour,
J'aime bien ces commentaires sur la crainte, la mort. Peut-être que le mot crainte dans la bible où il apparait déjà il y a très longtemps était adapté par exemple au temps de Moïse ou on présentait Dieu comme un personnage jaloux, autoritaire, justicier, avec des règlements... Depuis la représentation de Dieu s'est améliorée, surtout avec l'arrivée de Jésus, mais le mot crainte est resté. À moins que cela ne soit une mauvaise traduction de nos exégètes. Les humains aussi ont évolués. Pas toujours en bien malheureusement.
J'ai écouté un jour un commentaire biblique où on expliquait qu'Adam et Ève dans le paradis avant de manger du fruit de la connaissance, étaient dans le même état de félicité qu'un foetus dans le sein de sa mère, mais oh combien ignorants.
J'ai l'impression que les humains doivent évoluer comme les enfants qui grandissent avant de devenir adultes. En ce moment, j'ai l'impression que beaucoup d'entre nous sommes restés au stade des ados insupportables.
Craindre n'est pas forcément mauvais si on n'a pas peur. Cela nous incite à être prudent, ne pas faire n'importe quoi, prendre des risques inutiles, éviter de se blesser ou de blesser les autres...
Amicalement,
Agnès

Écrit par : Agnès | 23/10/2017

Écrire un commentaire