UA-11545158-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2017

La Vérité est vivante 2

Je ne sais si le mois dernier je vous ai fait toucher Dieu du bout du doigt. Avez-vous conscience de son existence ? Si oui, je m’en réjouis ; Si non, gardez patience, cherchez-le encore et encore ! Il se laissera trouver !

« Dieu existe » est la première affirmation, mais la deuxième est tout aussi importante : « Il nous aime ».

Il : plutôt que « Dieu », j’ai préféré mettre le pronom « Il ». C’est volontaire. « Il » nous introduit dans une valeur indéfinie. « Il » n’a pas de nom pour être défini, mais « Il » représente quelqu’un. Ce n’est pas « on » nous aime, complètement indéfini. C’est « Il » qui nous aime, « Lui », Celui, toujours vivant, qui veille toujours sur chacun de nous. Il n’est jamais loin. « Il » « est » « là » ; trois mots qui peuvent être pris séparément et qui se rejoignent pour nous dire sa présence éternelle.

nous : son amour ne va pas à n’importe qui. Dieu est amour et il aime toute sa création. Mais il s’adresse aussi particulièrement à nous, personnellement. Comme si notre pauvre condition humaine aiguisait encore plus sa soif de nous aimer. Nous avons de la valeur à ses yeux. Nous sommes chacun unique dans sa pensée et dans son attention. Et en même temps nous sommes un. Unis dans notre humanité.

aime : que dire de l’amour ?! Rien. Nous savons tous de quoi l’on parle. Ce sentiment merveilleux qui nous subjugue à certains moments et qui nous laisse dans la détresse lorsqu’il vient à manquer. Nous ne pouvons vivre sans amour. Rien ne peut compenser un manque d’amour. Et quand il est là, c’est la plénitude. Nous sommes comblés au-delà de toute expression. C’est indéfinissable et merveilleux.

Dieu existe ; Il nous aime ; cela pourrait presque suffire, mais nous aborderons le mois prochain la troisième affirmation : « Il est plus que trois et toujours un ».

Amicalement. André.

Les commentaires sont fermés.