UA-11545158-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2016

Dieu est Père et Papa

Entre Père et Papa. Les mois derniers, je vous ai parlé de prière et de silence, et je vous ai cité la prière que nous a enseigné Jésus, communément appelé le «Notre Père».

Le terme hébreux utilisé est «Abba», et peut se traduire par «Père et Papa». Je pense que les deux sont à garder.

Dieu est Père. Il est à l’origine de tout. Il engendre le Fils, et d’eux procède l’Esprit de Vérité. Cette Trinité a créé le monde, gratuitement, pour donner son Amour en partage. Il est juste, parfaitement juste. S’il doit trancher, son jugement est juste, et terrible pour celui qui est condamné.
ET
Dieu est Papa. Il aime son Fils et l’Esprit Consolateur. Il se souvient avoir créé le monde par Amour. Il aime toutes ses créatures. Il les veut heureuses, du même bonheur qui l’habite. Il prend soin de ses enfants. Il pourvoit à tout ce dont ils ont besoin.

Dernièrement, un ami nous a confié être embarrassé par le terme de père ou de papa, son géniteur de père ayant été alcoolique et violent à son égard. Comment retrouver une image paternelle positive après une telle expérience ?… Comment s’adresser à Dieu comme Père ou Papa ?… Peut-être en apprenant à pardonner à son papa. Cela me fait penser à Tim Guénard qui a aussi vécu une telle expérience, et qui en témoigne. Je vous mets le lien suivant dont le témoignage est magnifique :
http://viechretienne.catholique.org/tem ... e-la-haine

Pour ma part, j’ai eu un père et un papa. Il n’était certes pas parfait, mais il a réellement fait de son mieux. Il n’a pas fait que nous engendrer. Il nous a aimé. Il a pris soin que nous ne manquions de rien. Il a pris du temps avec nous. La seule réelle lacune que je trouve aujourd’hui, est un manque de relation avec Dieu. Sa vie était droite, mais je me demande encore aujourd’hui comment il a pu vivre sans connaitre le sens profond de l’existence.

Tiens, en l’écrivant, je trouve la réponse. Le sens, pour lui, c’était la famille et les enfants, les amis, le travail, son jardin, les animaux et la nature, les merveilles de la création. Cela lui suffisait. Je pense qu’il a rempli sa tâche, en fonction des talents qu’il avait reçu.

Moi, je ne pouvais me contenter de cela. J’avais besoin de trouver un sens plus précis, plus «réel», plus profond, plus durable. Pour moi, la vie «terrestre» n’apportait qu’un sens limité, borné par la mort. Je n’étais pas satisfait ; j’en voulais plus.

Aujourd’hui, je ne peux que me réjouir d’avoir creusé plus avant. D’être parti à la recherche de nos origines et de notre destinée. Dieu m’a donné d’autres talents, et j’espère ne pas le décevoir. Que je vive ou que je meure, j’ai ma conscience en paix sur le chemin que Dieu m’a préparé de toute éternité. Alléluia.

De plus, aujourd’hui, en tant qu’Enfant de Dieu, je jubile en pensant que je peux dire :
«Mon papa, c’est Dieu notre Père !»…… Toute peur est effacée ; seule la paix a sa place !!

Portez-vous bien. André.

Les commentaires sont fermés.