UA-11545158-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2016

Distinction entre liberté et Liberté

Ce mois, je voudrais aborder un des fondements de l’Association qui est la liberté.En discutant avec une amie, nous nous sommes gentiment affrontés sur cette notion qui pose un vrai problème de compréhension et d’acceptation.

Tout d’abord,…
J’étais parti de l’idée que Dieu a voulu des hommes libres. Pourquoi ? Parce qu’il veut nous élever jusqu’à Lui, jusqu’à la Divinité. Dieu est libre. Pour être Dieu, unis à Dieu, nous devons aussi être libres. Il est indispensable que nous soyons libres…… et Dieu fait le pari que nos choix et nos erreurs, nos déviances, ne sont que passagères. Dieu supporte nos injustices, accepte nos mauvais choix tout en nous appelant à sortir de ce mauvais pas. Il nous appelle à aimer, à aimer totalement,… jusqu’à nos ennemis malgré toutes les injustices qu’ils peuvent nous faire subir.

Mais,…
Pour mon amie, nous ne sommes pas libres. Nos choix sont limités de par notre situation sociale. Et bien plus grave, quel peuvent être les choix d’une personne née dans un bidonville, dont le premier et presque le seul souci est de trouver de quoi manger et survivre. De là à crier à l’injustice, il n’y a qu’un pas facile à franchir. Dans cette vision du monde, un Dieu juste et aimant ne peut y trouver une place. «Si Dieu existe, il est inacceptable qu’il laisse l’homme perpétrer de telles injustices. Quel est ce monde qu’il a créé ? »

Alors,…
En y réfléchissant, nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde, sur la même notion de liberté. D’un côté, je parlais de la liberté que Dieu nous laisse dans nos décisions et les actes que nous posons. De l’autre, il m’a été opposé l’absence de maitrise que nous avons sur notre situation contextuelle et ce que nous pouvons ou pas acquérir.

De cet autre côté, je suis effectivement contre de telles injustices. Je prie et je donne pour que toute personne puisse manger à sa faim et qu’elle soit respectée dans sa dignité et son intégrité. Je suis contre ces penchants mauvais de l’homme qui veut amasser au détriment des autres, ou qui ne se soucient pas des souffrances qu’ils peuvent provoquer. 

MAIS, cela n’enlève rien à notre liberté fondamentale d’enfants de Dieu. C’est le choix à tout instant et quelque soit notre condition de dire oui ou non à l’amour. Même dans les bidonvilles il est possible de vivre égoïstement ou de partager. Cette liberté ne dépend pas de nos richesses ou de notre condition.

Pour avoir expérimenté la liberté d’Enfant de Dieu, je peux dire que dans ce domaine la liberté est totale. Rien ne peut faire obstacle au choix d’aimer. Cette liberté ne s’arrête pas à celle des autres, car nous avons tous été créés par amour et pour l’amour. Aimer l’autre, librement, rejoint le besoin d’amour de l’autre, et ne peut entamer en rien sa liberté.
Aimer l’autre, c’est le vouloir aussi libre que soi-même, et donc le laisser libre de ses choix, quels qu’ils soient. Jusqu’à accepter qu’il commette des injustices… ce n’est bien évidemment pas souhaitable, mais acceptable, oui, en attendant qu’il sorte de cette égarement qui lui entame sa propre liberté.

Avec mes meilleurs sentiments. André.

Commentaires

Merci pour cette belle méditation. Elle est très éclairante.

Écrit par : zou | 16/04/2016

Le Chant du départ
Premier couplet (Un député du Peuple)
La victoire en chantant
Nous ouvre la barrière.
La Liberté guide nos pas.
Et du Nord au Midi
La trompette guerrière
A sonné l'heure des combats.
Tremblez ennemis de la France
Rois ivres de sang et d'orgueil.
Le Peuple souverain s'avance,
Tyrans descendez au cercueil.
Refrain (Chant des guerriers) :
La République nous appelle
Sachons vaincre ou sachons périr
Un Français doit vivre pour elle
Pour elle un Français doit mourir.
Couplet 2 (Une mère de famille)
De nos yeux maternels ne craignez pas les larmes :
Loin de nous de lâches douleurs !
Nous devons triompher quand vous prenez les armes :
C'est aux rois à verser des pleurs.
Nous vous avons donné la vie,
Guerriers, elle n'est plus à vous ;
Tous vos jours sont à la patrie :
Elle est votre mère avant nous.
Refrain
Couplet 3 (Deux vieillards)
Que le fer paternel arme la main des braves ;
Songez à nous au champ de Mars ;
Consacrez dans le sang des rois et des esclaves
Le fer béni par vos vieillards ;
Et, rapportant sous la chaumière
Des blessures et des vertus,
Venez fermer notre paupière
Quand les tyrans ne seront plus.
Refrain
Couplet 4 (Un enfant)
De Barra, de Viala le sort nous fait envie ;
Ils sont morts, mais ils ont vaincu.
Le lâche accablé d'ans n'a point connu la vie :
Qui meurt pour le peuple a vécu.
Vous êtes vaillants, nous le sommes :
Guidez-nous contre les tyrans ;
Les républicains sont des hommes,
Les esclaves sont des enfants.
Refrain
Couplet 5 (Une épouse)
Partez, vaillants époux ; les combats sont vos fêtes ;
Partez, modèles des guerriers ;
Nous cueillerons des fleurs pour en ceindre vos têtes :
Nos mains tresserons vos lauriers.
Et, si le temple de mémoire
S'ouvrait à vos mânes vainqueurs,
Nos voix chanterons votre gloire,
Nos flancs porteront vos vengeurs.
Refrain
Couplet 6 (Une jeune fille)
Et nous, sœurs des héros, nous qui de l'hyménée
Ignorons les aimables nœuds ;
Si, pour s'unir un jour à notre destinée,
Les citoyens forment des vœux,
Qu'ils reviennent dans nos murailles
Beaux de gloire et de liberté,
Et que leur sang, dans les batailles,
Ait coulé pour l'égalité.
Refrain
Couplet 7 (Trois guerriers)
Sur le fer devant Dieu, nous jurons à nos pères,
À nos épouses, à nos sœurs,
À nos représentants, à nos fils, à nos mères,
D'anéantir les oppresseurs :
En tous lieux, dans la nuit profonde,
Plongeant l'infâme royauté,
Les Français donneront au monde
Et la paix et la liberté.
Refrain

Écrit par : Marie-Joseph CHÉNIER | 19/04/2016

La liberté ne s'invente pas. Elle est ou elle n'est pas.

Écrit par : kapish | 19/04/2016

Vrai ; et elle ne peut être que dans l'amour.
Si l'on se sent obligé de faire la guerre, de se défendre par les armes c'est déjà perdre de sa liberté.

Écrit par : andré | 20/04/2016

Les commentaires sont fermés.