UA-11545158-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2015

Suivre le chemin de l'Esprit d'Amour

Les mois passent à grande vitesse !! C'est du moins l'impression que j'en ai. Déjà un an que ma vie a pris une autre orientation. Il y a un an, j'ai pris la décision d'assumer pleinement mes choix, sous le regard de Dieu, et par Lui avec Lui et en Lui, pleinement uni à Sa volonté. Tous les jours, à tout instant, vérifier en moi-même si je suis bien sur le chemin qu'Il a rêvé pour moi.

Et ça marche !! J'ai passé une année de bonheurs. Tout m'a réussi. Cela n'a pas évité les difficultés, bien sûr, mais toujours, il y a eu le plaisir de marcher avec Dieu. Chaque jour, cela n'a été que du bonheur………… Et pourtant, par contre, là, dernièrement, je me suis frotté à l'orgueil.

Suivre les indications de Dieu m'oblige à naviguer à vue. Je ne sais pas quel sera le chemin pour l'instant d'après. Dernièrement, donc, j'ai fait l'expérience de faire à nouveau ma propre volonté, et non plus ce qu'Il me suggérait. Je faisait un exercice de répondre aux intuitions de mon corps, et, subitement, je me suis rendu compte que je n'étais plus dans l'écoute de mon corps, mais dans l'écoute de mes réflexions, de mes vains calculs. L'orgueil avait pris les commandes de mes actes !

Aïe, aïe, !! Rien de grave bien sûr, puisqu'au moment où je m'en suis rendu compte, j'ai pu me corriger. Mais plusieurs fois ces jours-ci, je suis retombé dans ce travers ! J'en viens à me dire que j'ai vécu une année de grâces. Et comment retrouver cet état de grâces ?…

La réponse est simple : en LUI faisant confiance.

Comme je l'ai souvent dit : Dieu ne veut que notre bonheur. L'écouter, c'est vouloir le bonheur de tous et de moi-même par la même occasion. Pour moi, c'est souvent l'inquiétude qui me tire hors de moi-même. Je me rends compte que je ne suis plus dans l'écoute de mon intériorité, lorsque je me soucie d'hier, de demain, de mes capacités ou de mes incapacités, du temps qui passe, de ce que j'ai fait ou pas fait, ou aurait pu faire, des mille petits tracas qui me viennent à la réflexion……

Puis, je rentre en moi-même pour me rendre compte de l'inanité de ces spéculations. Dieu m'aime ; ai-je fait de mon mieux ? ; que la réponse soit oui ou non, ce qui importe maintenant c'est que l'acte présent réponde à ce que Dieu attend de moi. C'est le meilleur acte que je puisse poser maintenant. Toutes les sagesses nous disent de vivre pleinement l'acte présent. Et toutes les sagesses ont raison sur ce point. L'acte présent est le seul espace qui nous est offert pour agir sur le monde.

Je nous souhaite alors que nous soyons pleinement conscient de chacun de nos actes, pleinement en accord avec notre intériorité profonde, là où l'Esprit nous souffle comment aimer……

Fraternellement avec vous. André.

Les commentaires sont fermés.