UA-11545158-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2015

Garder ou perdre le contrôle

Une phrase m'a interpellé il y a quelques jours :
"Qui est-ce qui dit une chose, et elle arrive, quand le Seigneur ne l'a point commandée ?" (Lamentations de Jérémie 3,37)

Cela rejoint tout à fait une pensée qui m'est constante :
"Rien ne peut arriver sans que le Seigneur y ait acquiescé."

Dans ces conditions, laissons tomber la peur, quelle qu'elle soit. Remettons-nous en à LUI. Retrouvons notre confiance en LUI. Comme un petit enfant est tout entier abandonné aux bons soins de ses parents, nous aussi, abandonnons-nous aux bons soins de notre Seigneur. Il nous aime et tout est entre ses mains ; "Rien ne peut arriver sans que le Seigneur y ait acquiescé."

Une autre réflexion qui vient compléter celle-ci a été affirmée par un ami dernièrement :
"L'homme a une peur viscérale de perdre le contrôle." (Éric)

Pour exemple, il a pris l'automobiliste qui perd le contrôle de sa voiture et qui percute un arbre au lieu de tenter de l'éviter. Ce réflexe vient de ce qu'il est préférable d'arrêter violemment le véhicule pour mettre fin à la perte de contrôle, plutôt que de laisser durer plus longtemps cette perte de contrôle.

Comment vaincre cette peur ?… À mon avis, tout simplement en prenant conscience que "Rien ne peut arriver sans que le Seigneur y ait acquiescé."

Ce qu'il peut nous arriver de mieux, c'est lorsque l'on fait la volonté de Celui qui ne nous veut que du bien. Prenons seulement garde de ne pas tenter le Seigneur en voulant ce qu'il ne veut pas.

Amicalement. André.

Les commentaires sont fermés.