UA-11545158-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/08/2012

Des maîtres et de la réincarnation

J'apprécie souvent l'émission de France Culture, les Racines du Ciel, et je vous propose encore aujourd'hui le sujet sur les maîtres spirituels tibétains.

Deux points me semblent discutables.

D'une part, ils parlent beaucoup de "maître". Laissant entendre que sans maître, il ne serait pas possible de progresser très loin. C'est comme la stimulation des enfants par les parents et les enseignants. Je ne suis pas tout à fait d'accord. Nous avons un Maître intérieur qui est prêt, et toujours prêt à nous enseigner, pour peu que nous y prêtions attention. Jésus a d'ailleurs dit : "n'appelez personne "maître"...". C'est un point qui me gênait un peu en Chartreuse où nous avions à nous référer au "père" "maître", deux termes qui pour moi ne passaient pas. Il était d'ailleurs un peu frustré, ne faisant pratiquement pas appel à lui. J'ai toujours été un peu rebelle. Je trouve d'ailleurs très rassurant que nous puissions faire appel à notre maître intérieur, car cela met tout le monde sur un pied d'égalité. Nous y avons TOUS accès, où que nous soyons, et cela ne touche nullement une question de moyen financier. Alors que pour les autres "maîtres", c'est rarement gratuit.

D'autres part, une remarque sur la réincarnation m'a titillé l'oreille. À la fin de l'émission, il évoque un enfant qui serait la réincarnation de son maître, et il dit que cela n'enlève rien à la pensée qu'il a pour lui dans l'au-delà. Moi, je le comprend comme si cet enfant aurait reçu une part de l'esprit de la personne décédée, sans que cela soit pour autant la personne elle-même qui soit revenue sur terre. Je n'avais jamais pensé à cette version, mais je trouve que cela collerait tout à fait avec l'idée que j'en ai. Ainsi, Jean-Baptiste aurait reçu l'esprit d'Elie, ce que je ne saurais contester, mais ce ne serait pas Elie en personne qui serait revenu sur terre. Jean-Baptiste est la réincarnation d'Elie, au sens qu'il était animé de la même exigence spirituelle, du même feu de Dieu.
 

L'émission en entier se trouve à l'adresse : 

http://www.franceculture.fr/emission-les-racines-du-ciel-...

Commentaires

C'est au sujet de la réincarnation. L'esprit d'Elie qui s'est réincarné en Jean-Baptiste, entraine forcément une personne différente en tant que Jean-Baptiste qu'Elie lui-même. Je m'explique. Quand un esprit s'incarne dans une personne, cette personne vit dans un certain contexte de culture, de parents, d'hérédité, différent de sa précédente réincarnation. De plus, depuis sa naissance jusqu'à sa vie adulte, il a tout a réapprendre. Cela entraine forcément des différences. De plus, l'esprit de cette personne ayant progressé dans sa vie précédente dans la compréhension de la vie, de la vérité, n'est plus tout à fait le même que précédemment. Il a évolué en mieux, enfin faut l'espérer, ce qui n'est pas si sûr pour certains.

Écrit par : Lilou | 08/09/2012

Vie - le seul vrai maître
"À chacun de nous la vie apporte chaque jour des problèmes à résoudre. C’est pourquoi tous les sages sont d’accord sur ce point : la vie est le seul vrai maître. Eux-mêmes, bien sûr, sont capables d’instruire les humains ; ce sont des êtres très évolués qui ont beaucoup travaillé, beaucoup souffert et qui peuvent donc faire bénéficier les autres de leurs expériences. Mais même ces êtres-là ne peuvent pas se comparer à la vie, et la vie est aussi un maître pour eux.
Les humains croient pouvoir disposer de la vie et agir comme bon leur semble ; mais voilà que c’est elle, au contraire, qui leur donne des leçons, elle leur donne même les meilleures leçons… Pour chacun, elle sait exactement sur quel point particulier l’instruire. Que ce soit dans le plan physique, dans le plan affectif ou intellectuel, chaque lacune, chaque faiblesse représente une leçon à apprendre, et il ne sert à rien de vouloir fuir cette école de la vie : à un moment ou à un autre, on est rattrapé."
Mikhaël

Écrit par : Omraam Mikhaël Aïvanhov | 10/09/2012

Je trouve ce dernier commentaire très juste et très pertinent. "Vie" est notre Maître ; et ce d'autant plus que Jésus a dit "Je suis la Vie". Dieu est notre meilleur Maître.

Écrit par : andré | 11/09/2012

Maître spirituel et vie
"Avant toute autre chose, un Maître spirituel enseigne à ses disciples la science de la vie. Mais les disciples, qui n’ont aucune idée de la valeur de la vie, pensent : « Qu’est-ce que c’est que cette science-là ? Comment vivre ? Mais quel intérêt ? Ce qui est intéressant, c’est de pouvoir prédire l’avenir, fabriquer des talismans pour se protéger, retrouver ses incarnations antérieures… » Et ils perdent leur temps à lire des livres d’occultisme, à rencontrer des personnes qui leur font, paraît-il, des révélations. Pendant ce temps, ils négligent leur vie jusqu’au jour où, affaiblis, déçus, n’ayant rien trouvé de ce qu’ils espéraient, ils commencent à comprendre qu’ils sont passés à côté de l’essentiel. Oui, car rien ne peut égaler ni dépasser la vie, rien : ni la science, ni la philosophie, ni les pouvoirs, ni l’argent. Vous devez donc protéger votre vie, la purifier, l’illuminer, car c’est grâce à elle que vous obtiendrez la vraie connaissance, la vraie clairvoyance, les vraies richesses, les vrais pouvoirs."
Omraam Mikhaël Aïvanhov

Écrit par : Mikhaël | 29/09/2012

A propos du maître intérieur.
Programme - inscrit en nous par l’Intelligence cosmique
"Si vous mettez en terre un pépin de citron, de pomme ou de melon, vous ne lui dites pas : « Écoute-moi bien. Je t’indique ton programme : tu dois devenir un citronnier, un pommier ou un plant de melon. » Le pépin a un programme déjà inscrit en lui, et il suffit de le planter pour qu’il le réalise en devenant ce que la nature attend de lui. Il s’accroche à la terre et, jour après jour, il se développe. Quand une phase est terminée, il passe à la suivante ; il ne se demande pas ce qu’il aura à faire dans un an ou dans cent ans.
Pourquoi je vous parle de l’arbre ? Parce que l’être humain est aussi une semence qui a son programme inscrit en lui par l’Intelligence cosmique. S’il n’est pas encore capable de le connaître, c’est qu’il ne cesse de se fabriquer lui-même des programmes qui ne font qu’obscurcir sa vue et le faire dévier de sa route. Il doit se garder intérieurement libre, disponible, pour découvrir le schéma inscrit profondément dans son âme."
Omraam Mikhaël Aïvanhov

Écrit par : Mikhaël | 01/10/2012

Commentaire du dernier commentaire.
Encore faut-il donner un terrain fertile à ce pépin, ou cette graine pour qu'ils puissent se développer. Et au sujet des parents d'enfants, c'est à eux de s'en soucier.
Voir la parabole du semeur dans:
- l'évangile de Matthieu chapitre 13 versets 1 à 23
- l'évangile de Marc chapitre 4 versets 1 à 20
- l'évangile de Luc chapitre 8 versets 4 à 15

Écrit par : Lilou | 02/10/2012

Quatre catégories d’êtres humains - proverbe arabe
"Une des principales différences entre les humains provient de la conscience qu’ils ont de leurs insuffisances et de leurs capacités.
Un proverbe arabe dit qu’il existe quatre catégories d’hommes . Les premiers sont tellement limités qu’ils ne peuvent même pas savoir qu’ils ne savent pas. Pour eux il n’y a rien à faire, il faut les laisser. La deuxième catégorie se compose de ceux qui savent qu’ils ne savent pas; ils sont sincères, remplis de bonne volonté, désireux de s’améliorer, et on peut donc les instruire. Dans la troisième catégorie, il y a ceux qui ne savent pas qu’ils savent, c’est comme s’ils étaient endormis, et on doit les réveiller. Enfin, la quatrième catégorie ne comprend qu’un petit nombre d’êtres: eux, savent qu’ils savent. Ce sont les sages, les Initiés, les grands Maîtres, et le proverbe dit alors: ceux-là, suivez-les!"
Oraam Mickaël Aïvanhov

Écrit par : Mikhaël | 14/10/2012

Si le message du Bouddha m'a dans son ensemble bouleversé, c'est plus particulièrement l'approche du Dzogchen, ou "Grande Perfection", qui a apporté des réponses lumineuses à mes interrogations - non pas seulement intellectuelles, mais aussi pratiques et vécues. Il m'a appris que la vie avait un sens profond pour peu qu'on la considère comme une voie, et que cette voie consiste en un double mouvement: apprendre à se connaître soi-même dans sa vraie nature, par-delà les conditionnement éducatifs ou culturels et les identifications égotiques superficielles - ce qui débouche sur une grande liberté, et par là même commencer à comprendre les autres et à ne plus les juger. J'ai aussi appris que cette connaissance avait pour clef essentielle la capacité de se mettre à l'écoute de maîtres qualifiés afin d'en recueillir la transmission spirituelle vivante et de se l'appliquer à soi-même. C'est par l'ouverture à l'autre que le miracle peut se produire, car notre fond intime ne se révèle que dans le face-à-face, tout comme notre visage nous apparaît dans un miroir. Dans tout ce que nous faisons et vivons à chapue instant, l'esprit est la clé. Et la dynamique véritable de l'esprit, au plus intime de chacun de nous, est l'amour. Rien d'autre ne compte en vérité, mais nous ne le savons pas. Telle est donc la voie: redécouvrir la source qui jaillit libremement en soi et en toutes choses. La vie, le monde, l'univers ne sont que l'expression de cette source d'amour qui s'exprime et se diversifie. Mais que nous manquions de le reconnaître et nous errons dans de douloureuses ténèbres.
Prodigieux déploiement d'un fond toujours pur, lumineux et aimant, la vie peut soit nous étourdir et nous égarer très loin de notre être, soit se révéler la précieuse occasion de réintégrer à jamais cette source éveillée qui réside en nous et dont toutes choses témoignent.
Philippe CORNU
extrait du hors-série du Monde des religions sur le message de Bouddha

Écrit par : Philippe | 19/11/2012

Les commentaires sont fermés.