UA-11545158-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2009

l'ennui

Moi qui suis d’un naturel à avoir toujours des occupations et des projets en tête, je me suis écrié tout à l’heure : «je m’ennuie !...». Une personne m’a répondu : «L’ennui c’est bon car après on apprécie d’autant plus le travail !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!»

Réponse absurde s’il en est.

En fait, c’est l’inaction qui me pèse, et ce, d’autant plus que j’ai des projets en tête (voiture, banque, association, forum, etc...)

Pourtant, il m’est déjà arrivé bien des fois de rester bien plus longtemps sans rien faire, et sans ressentir ce profond ennui... Alors, aujourd’hui, pour en tirer parti, j’écris... Et effectivement, l’ennui passe..............

Ma vie reprend sens. Je reste pour réfléchir sur l’ennui...

Pour moi, l’ennui est venu de ce que je n’ai pas vocation aujourd’hui à rester inactif alors que je suis en pleine possession de mes moyens, et que j’ai un projet à réaliser.

En Chartreuse, ma vocation était de vivre en Chartreux, alors, bien que ne faisant rien, tant que je vivais en Chartreux, je ne m’ennuyais pas.

Aujourd’hui tel n’est plus le cas.

L'acceptation à l’inactivité, était d’éviter de se rebeller par rapport au traitement qui m’est prescrit, mais cela me devient pesant,... car mon projet, lui, n’avance plus. Au lieu de faire les choses avec du temps et de la sérénité, il va me falloir «ramer»... au risque de ne pas y arriver... et probablement en gérant tout de même une opposition qui me semble inévitable. (mais j’espère me tromper, sinon je n’aurais pas accepté).

Ce contre-temps me permet de disserter aujourd’hui avec vous de l’ennui, mais je le vis comme un pis-aller. Il aurait, à mon sens, été plus profitable de pourvoir vaquer normalement à mes autres occupations, mais là aussi peut-être que je me trompe... Cela me fait beaucoup penser à mon sujet du blog «choisir et subir»... mon choix a été contraint, et j’en subis les conséquences.

Bonne journée à vous, et je vous souhaite de faire les bons choix !...

Commentaires

Un témoignage. J'aime beaucoup que tout ce que j'ai à faire se passe dans la fluidité, la convivialité, l'harmonie, l'affection, l'humour. Malheureusement, il m'arrive d'avoir, pour diverses raisons, des coups de bourre, des urgences imprévisibles, (et des angoisses aussi que j'ai encore du mal à contrôler) et il faut bien y remédier sinon c'est la cata, pas moyen de s'en sortir. Du coup, je dois donner le maximum et je sais très bien que derrière tout ça je vais être épuisée. Pas grave. Tant pis pour ce que je n'ai pas pu faire en temps voulu, ce n'était pas urgent, c'est remis à plus tard. L'ennui, c'est que ce plus tard dure parfois beaucoup trop longtemps à mon goût. Mais je me dis que l'essentiel a quand même été atteint.

Écrit par : une troublée bi-polaire | 30/10/2009

Une amie m'a fait remarquer qu'en Chartreuse je n'étais pas tout à fait inactif ; ce qui est vrai ; il y aurait plutôt lieu de dire non productif. En effet, il y a lieu d'éviter l'oisiveté.
Pour cela, il est mis en place un "programme" qui définit, à tout moment de la journée, l'occupation à laquelle s'atteler... Mais il est vrai qu'il n'y a pas de notion de "production".
Le but de toutes les occupations est de nous orienter et nous maintenir dans une attention affectueuse vers notre Créateur. Bien sûr, au début, les pensées nous détournent continuellement, nous distraient... Mais progressivement, avec de la persévérance, les dissipations s'atténuent...
Il est sûr aussi que ces exercices peuvent être pratiqués dans la vie courante, hors monastère. Depuis que je suis sorti de Chartreuse, je m'efforce encore tous les jours de vivre en Présence. Ce n'est pas plus difficile ou facile, mais il est vrai qu'il y a davantage de distractions pouvant nous égarer et nous détourner de l'essentiel ; et la réussite n'en est que plus savoureuse !...

Écrit par : l'auteur du blog | 11/11/2009

Les commentaires sont fermés.