UA-11545158-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2009

l'amitié

Lettre à une amie,

«Mon meilleur ami» est le titre du film qui était programmé dimanche soir avec Dany Boon et Daniel Auteuil, et qui traite du sujet de l’amitié.

À une... amie ?!... (puis-je me permettre de l’appeler ainsi ?), quelqu’un d'hospitalisé comme moi ; elle me dit n’avoir plus aucun ami depuis qu’elle est malade. Avant elle venait en aide à tout un chacun... et aujourd’hui elle se retrouve seule.

Pourtant, l’hôpital est là pour la prendre en charge, avec les médecins et le personnel soignant, et nous les compagnons d’infortune,... Elle n’est pas seule !... Qu’elle me demande, et je suis prêt à lui venir en aide,... mais aujourd'hui, je ne vois pas en quoi. Et pourtant je ne suis nullement son ennemi, non. Je me pose comme étant son ami.

Elle m’a interrogé si j’avais des amis... J’ai une épouse, des enfants, des frères et soeur, de la famille, des proches collègues ou autres que je peux aussi qualifier d’amis... mais pas forcément quelqu’un de présent maintenant, dans la mesure où je n’ai pas besoin d’eux dans l’instant...

Comme le dit le film, le véritable ami est celui que tu peux appeler à trois heures du matin et qui répond présent. Tant que l’on n’a pas besoin d’appeler, d’un besoin réel et pressant, il est difficile de savoir si l’on a de véritables amis. Avant d’être réellement dans le besoin, je peux supposer d’avoir des amis, mais ce ne sera confirmé qu’au moment où le besoin s’en fait sentir réellement. Dans ma vie, il m’est déjà arrivé d’avoir de tels besoins, et jusqu’à maintenant, j’ai toujours trouvé quelqu’un pour me dépanner, dans quelque domaine que ce soit. Je pense avoir des amis...

Mais, trois heures du matin, c’est la pleine nuit, le moment douloureux où l’on se retrouve seul, vraiment seul. Le moment où personne n’est disponible. Le moment où l’on se retrouve face à soi-même. Je l’ai aussi vécu.

Je le prends pour un moment de grâce, car fondamentalement nous avons tous à nous rencontrer nous-même si nous voulons être vraiment vivant ; soi-même et non au travers des autres. Et pour se retrouver, cela ne peut se faire qu’au travers de la solitude la plus stricte, aussi douloureuse soit elle ; Il nous y attend.

Sois assurée que, si un jour je peux te venir en aide, tu sauras me trouver et je répondrai présent.

Amicalement. André.

Les commentaires sont fermés.