UA-11545158-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2014

La providence veille !

Bonjour à toutes et tous,

Le sujet de cette lettre est la confiance en la providence.

J'ai eu l'occasion dernièrement de m'entretenir avec une personne qui m'a relaté une aventure qui lui est arrivée il y a quelques années.

Étant commercial, Ses revenus mensuels dépendaient uniquement du résultat de ses démarches. Or, un jour, les démarches se trouvaient être totalement infructueuses. Alors qu'il s'activait à prendre des rendez-vous et à y aller sans parvenir au moindre résultat, le temps s'écoulait. Il se trouvait de plus en plus découragé. À un moment donné, en déplacement sur la route, son téléphone sonne et c'est un ami de longue date qui l'appelle. Il s'en ouvre à lui de son découragement et de son labeur infructueux. L'ami lui dit alors :
"Mais, n'as-tu pas la foi ?..." 
- "Si, bien sûr, mais les résultats sont tout de même là. Je n'arrive à rien !..." 
- "Mais si tu as la foi, pourquoi cette inquiétude ?... Dieu sait bien ce dont tu as besoin, et Il te le procurera !..."
Devant cette parole censée être pleine de sagesse, il ne sait quoi répondre, et cela l'interpelle. 
Après avoir raccroché, étant proche du domicile d'un autre ami, il décide de faire une pause.
Alors qu'il prennent un verre tranquillement, soudainement, son autre ami lui dit :
"Au fait, tu te souviens du produit dont tu m'as parlé il y a quelques temps ?... J'ai bien réfléchi et il faut que nous prenions un temps pour en reparler car je suis tout à fait intéressé ; nous pouvons faire affaire..."
Quelle surprise pour lui ! La providence a pourvu !...

Bien sûr, il ne faudrait pas conclure que nous n'avons rien à faire et que nous pouvons rester oisif à attendre que cela nous tombe "tout cuit" dans la bouche. Non ! Mais ayant fait ce que nous pensons devoir faire, et l'ayant fait de notre mieux, le résultat ne nous appartient pas.

Bien souvent nous confondons notre but humain de satisfaction (avoir du résultat, avoir de l'argent, avoir une situation, réussir, être estimé,...), avec le but que notre Créateur attend de notre vie (la réalisation de notre tâche).

Il se produit alors un inévitable décalage. Souvent, ce décalage nous fait perdre de vue la grandeur de notre destinée (Enfants de Dieu) et nous fait stagner dans un rang subalterne (bon ouvrier, bon patron, bon père de famille,...). Je ne rabaisse pas les buts humains par cette position (nos buts humains sont de vraies valeurs), mais nous n'avons pas à nous y arrêter. C'est le fait de stagner qui est préjudiciable. Si nous avons fait ce que nous pensons devoir faire, et l'ayant fait de notre mieux, nous avons à nous tourner vers notre Maître pour connaître la suite de notre chemin. Ce n'est alors peut-être pas tout à fait celui que nous avions projeté ?!...

Encore une fois, Dieu nous aime et sait ce dont nous avons besoin. S'Il ne nous l'accorde pas à notre idée, c'est qu'Il a mieux à nous offrir. Saurons-nous voir, accepter, comprendre, et recevoir ce cadeau ?...

Amicalement. André.

Commentaires

Cette histoire me fait penser à l'émission "les racines du ciel" sur France Culture du dimanche 1er juin 2014 où l'invité à l'émission disait:
"L'homme pense plus à survivre qu'à vivre."
Comme quoi, à mon avis, dans l'ensemble de notre peuple humain, l'instinct animal de survie prédomine encore largement sur la sagesse et l'amour.
Et aussi, qu'il faut accepter de perdre ce à quoi on tient, pour gagner mieux. Sauf qu'on ignore souvent en quoi consiste ce mieux. D'où l'intérêt de la prière.
C'est une histoire difficile pour tous les humains, et ça commence déjà à la naissance. Perdre le confort du sein maternel pour être projeté vers la vie et une nourriture différente, perdre ses premières dents pour en avoir de plus grandes et plus solides, perdre un emploi et en trouver un autre plus adapté ...
L'aventure, la curiosité, le goût et l'envie de voir ailleurs, tout cela aide beaucoup à évoluer. Le courage aussi, ce n'est pas toujours facile de vaincre ses peurs et ses inhibitions. D'où l'importance de la confiance en Dieu, en nos perceptions.
La vie, quand on accepte de la vivre avec ses imprévus, nous réserve parfois bien des surprises.
Sophie

Écrit par : Sophie | 02/06/2014

Les commentaires sont fermés.