UA-11545158-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2012

Recherche spirituelle

J'ai eu l'occasion dernièrement de débattre avec une personne pour qui seul le "réel" existe. Ce qu'il peut percevoir avec ses cinq sens... Et que répondre à cela ? Dans son fonctinnement, il a raison, sauf que, pour moi, il y a plus. Nous ne devons pas nous arrêter à nos cinq sens. Nous avons à découvrir notre "monde" intérieur, qui est au-delà des sens, qui en est un prolongement.

J'ai eu dernièrement un texte qui reprend un message de Séraphim de Sarov : « Trouve la paix intérieure, et des milliers se sauveront à tes côtés », disait au siècle dernier Séraphin de Sarov qui, à la fin de sa vie, vibrait d'une telle intensité pascale qu'il accueillait chaque visiteur de ces mots « Ma joie, Christ est ressuscité! »

Ma prière est que tout homme prenne le temps de trouver ou de retrouver sa vie intérieure. Elle est indispensable à notre Vie. Et puissai-je approfondir la paix intérieure qui m'habite.

Commentaires

Apparences et réalité
"Parce qu’elle est fondée sur la seule connaissance que l’être humain peut avoir par ses cinq sens – la connaissance de la matière – la philosophie matérialiste n’est pas dans le vrai, car c’est une philosophie des apparences. Les apparences sont évidemment une réalité, mais elles ne nous révèlent pas toute la réalité, et il ne faut pas se laisser abuser par elles.
Les apparences sont là comme un point de départ pour nous donner à réfléchir. On peut les comparer à un fil d’Ariane que l’on doit suivre pour retrouver le chemin à travers le labyrinthe, et sortir, enfin, à l’air libre, dans la lumière de l’esprit. Nous avons besoin de travailler avec les apparences, mais sans nous y arrêter. Celui qui se laisse séduire par les apparences va au-devant de la mort spirituelle, il est dévoré par le Minotaure."
Omraam Mikhaël Aïvanhov

Écrit par : Mikhaël | 22/05/2012

Le visible et l'invisible
Celui qui est amoureux n'a aucun doute sur ce qu'il ressent. Pourtant, il ne voit pas son amour, il ne le touche pas, car le sentiment est quelque chose d'impalpable. Et celui qui a une opinion, des convictions, est-ce qu'il les voit, est-ce qu'il les touche? Non plus, et pourtant il est prêt parfois à se battre et même à mourir pour elles. C'est pourquoi quand quelqu'un dit qu'il ne croit qu'à ce qu'il voit, c'est tout simplement qu'il ne réfléchit pas. Jour et nuit, il est occupé avec ses pensées et les sentiments des autres. Puisqu'il ne les voit pas, comment se fait-il que ces pensées et ces sentiments représentent pour lui une telle réalité? Quant à celui qui dit: "En mon âme et conscience, je condamne cet homme", il porte un jugement lourd de conséquences au nom de quelque chose qu'il n'a non plus jamais vu. Comment se fait-il qu'il donne soudain une telle réalité à cette âme et à cette conscience?
Sans vouloir l'admettre, les humains ne croient qu'à des choses invisibles, impalpables. Ils pensent, ils aiment, ils détestent, ils souffrent, ils se réjouissent, et ce qui les rend capables d'avoir ces pensées et ces sentiments - leur coeur, leur intellect, leur âme et leur esprit - reste aussi invisible...
Omraam Mikhaël Aïvanhov

Écrit par : Mikhaël | 27/05/2012

Les commentaires sont fermés.