UA-11545158-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2018

Dieu nous aime !

Bonjour à toutes et tous,

Nous avons à apporter notre pierre à l’édifice. Nous sommes les pierres vivantes de cette Jérusalem. En remplissant notre tâche, nous prenons notre place dans cet édifice vivant. La Jérusalem céleste n’est pas construite de matériaux inertes. C’est notre propre vie qui est le matériau principal de cet édifice vivant.

Mais, au départ, l’homme a fait un mauvais choix. Un choix qui l’entraine à toujours plus de malheurs. Et pour vaincre cette tendance mortifère, Dieu a choisi de lui donner un instrument infaillible : lui-même ! Afin que, par sa grâce, nous ayons la force de choisir le meilleur, la droiture et la réconciliation. N’ayons plus peur de choisir le chemin de vérité. Fini les mensonges et les fausses excuses. Dieu nous accueille en sa maison.

Ce Dieu qu’il est impossible de se représenter, tant il est grand et mystérieux, a choisi de prendre chair, de s’incarner. En devenant homme, il s’est fait visible à nos yeux. Il a pu nous donner un exemple concret de ce qu’il est, de l’attitude qu’il tient envers nous, et de l’attitude qu’il attend de nous.

Quand il dit nous aimer, ce n’est pas un vain mot.

Jésus nous dit : « Je ne suis pas venu pour juger… » Et effectivement, il a préféré donner sa vie plutôt que nous condamner. Nous l’avons mis à mort et il aurait pu retourner le jugement contre nous. Il n’en a rien fait. Il a choisi de s’effacer et de nous laisser à notre jugement erroné. Il a donné sa vie pour nous éviter la condamnation. À nous de quitter nos propres jugements pour retrouver le chemin de la vie.

« Je ne suis pas venu pour juger… » et nous mêmes ne jugeons pas. Nous n’aimons pas être jugés ?… Ne jugeons pas les autres.

Ayant pouvoir de donner sa vie mais aussi de la reprendre, Jésus est ressuscité. En marchant à sa suite, nous aussi nous sommes ressuscités. Certes il nous arrive encore bien souvent de tomber. Relevons nous et continuons notre chemin.

En me relisant, je m’aperçois que je fais un résumé du salut offert. Que je peux passer pour un donneur de leçons. Non. Que chacun agisse selon sa conscience et c’est bien ainsi. Je découvre au jour le jour mon propre chemin, et ce n’est pas évident. Comment pourrai-je connaitre le chemin des autres ?… Je sais ce que je fais actuellement et ne sais pas ce que je ferai demain. Cela me suffit. C’est un peu inconfortable, je l’admet, mais c’est ainsi et je ne peux le changer. Alors je m’en contente et attend le jour de la pleine compréhension dans l’union intime à Dieu.

Dans l’attente de ce salut promis, je vous embrasse amicalement. André.